La production d’algues : un marché prometteur pour la Bretagne

Hormis leur richesse naturelle, les algues sont capables de dépolluer les estuaires, réduire l’érosion littorale et capturer du CO2. Les producteurs d’algues marines bretons, notamment dans le Finistère, misent toutefois sur leurs applications pour les industries alimentaire et cosmétique.

La Bretagne et l’algue marine

Les algues sont très appréciées comme éléments de décoration pour les aquariums domestiques. Cependant, leur champ d’application est relativement varié et s’applique à la vie quotidienne de nombreuses personnes. Il est notamment possible de les utiliser dans l’alimentation (humaine et animale), mais aussi comme composants des produits cosmétiques. La Bretagne regroupe aujourd’hui de nombreux producteurs d’algues marines, témoignant de l’avenir de cette filière.

Le territoire breton constitue un véritable Eldorado pour chaque producteur d’algues marines. Avec son littoral faisant près de 1 100 km, il dispose d’un milieu parfaitement adapté à ces végétaux aquatiques. Vous pouvez y trouver plus de 1 200 espèces, dont la majeure partie se trouve dans le Finistère. La région est très propice à la culture d’algues (brassage d’eaux tempérées froides et chaudes, forts courants de marée, côtes rocheuses peu profondes). Il est maintenant possible de s’approvisionner de produits de bonne qualité chez un vendeur d’algues marines. Ce dernier respecte les bonnes pratiques afin de pérenniser les ressources naturelles.

Des processus de production bien pensés

En Bretagne, tout producteur d’algue alimentaire ou producteur d’algue cosmétique met en place un processus de production efficace pour optimiser la culture de ses algues. De l’étape de la récolte à la phase de commercialisation, en passant par l’étape de la transformation, tout est réalisé dans le respect des exigences d’une activité durable et raisonnée.

Par exemple, un bon vendeur d’algue alimentaire ou vendeur d’algue cosmétique dans le Finistère procède généralement à une cueillette manuelle et au tri des algues. Puis, un pré-séchage naturel sous serre est privilégié avant un affinage en séchoir à basse température. Ces étapes sont suivies d’un broyage des végétaux aquatiques en flocon et de la constitution de mélanges pour assaisonnement durant la transformation. En ce qui concerne le conditionnement, il est généralement réalisé en sachet par de véritables professionnels.

Toutefois, la qualité des produits finis dépend en grande partie de la qualité de la récolte et du séchage. La récolte doit notamment s’effectuer durant les grandes marées et à différentes périodes de l’année en fonction des espèces d’algues marines. La cueillette du chondrus crispus, de la dulse, de la laitue de mer et du Nori se fait du printemps à l’automne. Pour le spaghetti de mer, il faut privilégier le printemps. Sachez que l’hiver est la saison idéale pour récolter le wakamé et le kombu royal.

Avant leur séchage, il est essentiel de se débarrasser des corps étrangers, tels que les coquillages et le sable. Réaliser un séchage adapté est utile pour préserver les propriétés et la fraîcheur des algues. Une fois transformés et conditionnés, ces végétaux peuvent servir pour l’alimentation ou devenir des constituants dans les produits cosmétiques.

Riches en vitamines, oligo-éléments, sels minéraux et acides aminés, les plats à base d’algues ont un bel avenir. C’est également le cas des savons, des gommages et des masques pour la peau. Ces produits cosmétiques à base d’algues marines mettent à profit les vertus des algues vertes (hydratantes et riches en magnésium), algues brunes (hydratantes, émollientes, apaisantes et protectrices) et des algues rouges (reminéralisantes et hydratantes).