Potager en permaculture : comment préparer le sol ?

Vous vivez en ville et vous avez une âme d’écologiste : créez un potager en permaculture même si vous ne disposez que d’un petit jardin. La permaculture, méthode de culture durable et écologique, s’adapte à toutes les superficies, ce qui le rend parfait dans les petits jardins urbains. Voici quelques astuces pour démarrer votre potager en permaculture en ville :

1. Procédez à l’analyse du sol

C’est le point de départ de votre projet. Effectuez une analyse minutieuse du sol de votre jardin. Vous pouvez notamment :

  • demander des tests de pH.
  • analyser la texture du sol
  • étudier la composition en nutriments du sol et leur quantité.

Ces données vous permettront de mieux choisir vos cultures et les amendements.

2. Lancez le compostage

Le compost présente un intérêt qui est loin d’être négligeable : il améliore la structure du sol qui se gorge alors de nutriments essentiels. Aussi, pour créer un amendement qui fourmille de matière organique, faites du compostage. Enrichissez-le en y ajoutant régulièrement des déchets de cuisine, des résidus de jardin, etc.

3. Déployez des couverts végétaux et des plantes pionnières

Placez des couverts végétaux entre les cultures. L’objectif ici est de protéger le sol tout en enrichissant sa biodiversité. Les plantes pionnières désignent, par exemple, les légumineuses. Intégrez-les à l’ensemble, car elles ont la faculté exceptionnelle de fixer l’azote dans le sol. Si à ce stade vous trouvez que les étapes commencent à être difficiles à gérer, n’hésitez pas à lire le blog https://jardinpermaculture.fr où toutes sortes de conseils sont données aux débutants, aux passionnés, mais aussi aux experts en permaculture. Vous y découvrirez des guides, des explications détaillées, des recommandations et des astuces.

4. Répandez le mulch et le paillage

Disposez une couche généreuse de mulch ou de paillis autour des plantes. L’intérêt de cette opération est triple. D’abord, mulch et paillis vont retenir l’humidité : c’est parfait pour vos plantes et vos légumes. Ensuite, ils vont débarrasser le sol des mauvaises herbes : c’est, en quelque sorte, un nettoyage naturel. Enfin, cette couverture va réguler la température du sol. Le paillage se fait avec de la paille, du foin, des feuilles mortes, ou du bois déchiqueté.

5. Passez à la création de buttes de culture

Les buttes de culture présentent l’avantage d’accroître l’espace disponible pour la culture. En plus, elles facilitent le drainage. Enfin, elles instaurent un environnement de croissance saine pour les plantes. Nourrissez les buttes avec du compost et d’autres amendements organiques.

6. Fabriquez des structures de rétention d’eau

Investissez dans des dispositifs spéciaux destinés à recueillir l’eau et à la retenir. On peut citer les cuvettes de collecte d’eau de pluie. Ces systèmes maintiennent constamment l’humidité dans le sol à un niveau adéquat.

7. Veillez à ce qu’il y ait des apports minéraux naturels au sol

Enrichissez le sol avec des éléments minéraux naturels. Par exemple, mélangez ce sol avec des roches broyées riches en minéraux. Vous pouvez aussi recourir à des méthodes de reminéralisation.

Conclusion

Outre la rotation des cultures, adoptez une approche sans labour pour préserver la structure du sol et épargner la vie souterraine. Le labour, même sans être excessif ni récurrent, risque de perturber l’écosystème du sol et d’altérer la santé de celui-ci. Entretenez régulièrement votre potager en permaculture en suivant le protocole suivant :
– surveillez l’état de santé du sol,
– ajoutez des amendements au besoin,
– choisissez une méthode de culture adaptée à la saison.